Louphole

Le grand bazar de choses qui devraient exister.

Sonnet pour un paon

Il promène son regard sur ce monde d'apparences,
Égarant les plus faibles, les yeux troubles et dompteurs.
Son corps n'est qu'une forme de grâce et d'élégance,
Discret reflet d'un fond, océan de couleurs.

Le paon compose son art grâce aux plumes du paraître.
L'illusion, par un masque aux airs doubles et trompeurs,
Se transforme pour plaire à quiconque n'est pas maître.
Distrayant, il confond les sens d'un jeu d'acteur.

Ses armes pour séduire et son charme pour satisfaire,
Il part à la conquête, tel un fourbe tentateur,
Des raisons et consciences qu'il lui reste à défaire.

Secrète magie du faux — pouvoir d'un imposteur —
Par delà les dangers, il se pare de mystères
Aux paroles de beauté ou mensonges séducteurs.

Plaque d'iconostase : Paon - Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola