Louphole

Le grand bazar de choses qui devraient exister.

Celui qui creuse au plus profond
Concours sur le thème « Jules Verne »

Sujet Poésie : Voyage à travers l’impossible

Le trou, Michel François - (C) ADAGP, Paris - Photo (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

Quel esprit n’a-t-il pas, si proche de la route,
Au détour d’une idée, été pris par le doute ?
Tout équipé qu’il soit, préparé au voyage,
Le mien a trébuché sur cet attrape-sage.
Le précipice a fait, qu’emporté par l’élan,
Je ne pus apprécier l’ampleur du trou béant.
Sa profondeur était portée par mes pensées,
Ma descente prit fin sur un tas d’os cassés.
D’autres m’ont précédé dans ce sombre chemin,
L’effroi reste gravé sur les débris humains.
Perdue dans ma chute libre vertigineuse,
Ma raison me revint et me dit « allons, creuse ! »
Il fallait explorer ce long gouffre abyssal,
Ses galeries frêles et ses bas-fonds bancals
Pour atteindre enfin l’incertain et l’instable
S’effritant sous mes pas en poussière et en sable.
Rien n’allait résister à mon marteau sceptique
Qui démolit, remet en cause et tout critique.
Rien excepté le fond, questionnement ultime,
Y a-t-il donc une fin ? Où s’arrête l’abîme ?
Absurde et Infini que nient l’entendement,
De cet « Impossible », quel est le fondement ?
Je trouvais ma réponse en forant jusqu’au coeur.
Au centre du monde cesse la pesanteur,
Ni de haut ni de bas, aucune gravité,
Je découvris en moi cette légèreté.